Sinistre incendie du 24 mars

Publié le par Bea38

Je n'ai pas encore beaucoup de temps à passer à l'ordi, mais trois mois après les faits, ils sont digérés et je peux commencer à vous en parler.

Il y a des jours où rien ne se passe comme on aurait pensé.

Ce 24 mars, je ne pensais pas en me levant, que je ne dormirais pas dans mon lit le soir.

Le matin, nous avons du mener notre au auto au garagiste, car nous avions vu la veille qu'elle perdait de l'essence.

Dépense imprévue en perspective...

Mon mari fait paraître un article sur le docteur Petitot ( meurtrier découvert grâce à un feu de cheminée )avant de partir, curieuse coîncidence...

Ce jour là, la cheminée marche très mal ; nous devons la pousser sans arrêt pour que le feu ne s'éteigne pas.

Et puis à un moment pas fait comme un autre, nous avons ressenti une forte odeur de brûlé, alors que le feu marchait sans plus, et un voisin vient nous alerter qu'une épaisse fumée noire s'éhappe de la souche ( partie de la cheminée au-dessus du toit ).

Après quelques hésitations, je compose le 18.

Arrivée des pompiers, là tout s'accélère.

La caméra thermique montre un foyer dans le conduit de cheminée au-dessus de l'insert dans le séjour.

En suivant le conduit, les pompiers montent à l'étage, dans notre chambre et détectent un second foyer, dans le boisseau qui passe dans la cloison, puis un troisième un peu plus haut, et le temps de faire ces constattions, le papier de la chambre se décolle et commence à prendre feu !

Les pompiers l'arrachent et le passent par la fenêtre, puis font la chaîne pour retirer tout ce qui est contre le mur ( là tout a attéri dans ma pièce de scrap, une commode avec tous ses tiroirs, des livres, des puzzles...), le temps de monter une hâche, les pompiers me demandent d'ouvrir toutes les portes et fenêtres.

D'un premier coup de hâche une lame de parquet rougie par le feu a été rejoindre le papier peint dehors, puis je n'ai plus rien pu voir, juste entendre le bruit de la hâche et des briques qui s'effondent, sur fond de grésillement des ordres lancés dans les talkie walkies et qui résonnent dans les étages deux heures durant.

Puis les départs d'incendie sont maîtrisés.

Le chef des pompiers me suggère de prendre des photos, preuve de leur passage et des dégâts.

Je crawle comme je peux dans ma pièce de scrap à la recherche de l'appareil photo.

Et clic, première photo du désatre.

P1.JPG

Après leur départ, force est de constater que ma chambre est devenue inutilisable, avec une odeur épouvantable et de la suie fine partout.

Même après nettoyage, j'ai comme une vision de guerre...

p3-copie-1.JPG

Au séjour, c'est pas mieux. L'insert s'est déformé suite à l'arrosage et je vous dis pas l'épongeage...

p2

Bref, je vous passe les détails du nettoyage, des lessives ( vêtements, linge de maison, draps...), du montage du dosiser d'assurance, du passage de l'expert...Quand j'ai du retirer mes vêtements de ma chambre, pour qu'une entreprise de décontamination passe, j'ai du les entasser dans des sacs poubelles et les consigner...dans une voiture, faute de mieux.

J'ai dormi deux mois sur un canapé dans l'ex chambre de mon fils, fait lessive sur lessive, et après une longue attente d'indemnisation, nous avons pu faire reboucher le mur de notre chambre et j'ai pu refaire peintures et tapisserie, l'expert les ayant jugés trop vétustes pour les inclure dans le dossier d'indemisation, tout ça a été à ma charge.

J'en ai profité pour poser des plinthes, que nous avions retiré pour faire l'isolation des murs, et jamais remises.

J'ai donc pu jouer tout à tour à la scie à onglets, à l'enduit, à la peinture, à la tapisserie, à la pose de rideaux, à je fais le ménage, je trie mes vêtements et je recharge mon armoire.

Et voilà pour une pièce !

Au séjour, une entreprise est venue nous démonter l'insert.

Ne désirant plus avoir de conduit de cheminée dans la maison, nous allons changer d'emplacement pour faire poser un poêle.

A la dépose, mauvaise surprise : il n'y a pas juste un petit trou dans le mur, mais une grosse patate !

Et puis bien sûr un manque dans la frisette du plafond.

p4

Ici je plâtre le trou rebouché,

p8.JPG

là j'enduis pour la énième fois...

p9-copie-1

Là j'ai pu jouer au jeu de je démonte la frisette pour pouvoir la compléter, je replace la moulure et j'enduis les jours,

p6bis.JPG

et ensuite je lessive tout, je sous-couche et j'éclairis avec du blanc.

p7

Au final ça donne ça quand je pose le papier.

p91

Maintenant nous avons pu remettre tous les meubles en place, en profiter pour les lessiver, et également nettoyer toute la vaisselle. Je dois encore laver tous les torchons, nappes et autre, j'attaque aussi l'escalier qui n'a pas résisté à l'assaut des pompiers. C'est reparti pour l'enduit et la peinture.

Après il y aura la phase de la pose du poêle.

Voilà, tout n'est pas terminé, mais je vois le bout du tunnel.

Les finitions sont longues aussi, sans compter le giga nettoyage qui m'attend.

Après j'ai encore fort à faire pour préparer ma maison à recevoir des invités cet été, mais je reviens dès que possible..!

Publié dans maison et jardin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :