Une poupée ancienne pour restauration

Publié le par Bea38

Après avoir regardé les poupées des années 60, je suis naturellement remontée dans le temps, et j'ai vu d'autres poupées, d'autres matériaux, et d'autres prix aussi !

Ils ne sont plus trop pour ma bourse, mais j'ai tout de même pu acquérir à petit prix cette poupée bien abîmée et certainement presque centenaire. Ce fut l'occasion rêvée de me lancer, pour un galop d'essai, dans le passionnant domaine de la restauration de poupée ancienne !

J'ai adoré !

Voici mon acquisition, telle qu'elle est arrivée dans mon petit atelier.

bebe-tres-ancien-1.jpg

C'est une toute petite poupée de 25 cm environ. Comme vous pouvez le voir, elle était très endommagée.

bebe-tres-ancien-3.jpg

Tiens, je vous laisse chercher en quelle matière elle est réalisée...( Je ne donnerai pas d'indication dans les commentaires, pour que tout le monde puisse émettre son idée ).

bebe-tres-ancien-7-ter.jpg

Sa robe ( je me suis laissée dire que c'était de la soie, mais vraiment, elle n'en a plus que le nom ! Je ne peux même pas la laver, sous peine de la voir partir en poussière...) était clouée à même son corps, tout comme le petit noeud décoratif du devant.

bebe-tres-ancien-4.jpg

Sa tête est fixe, ses bras et ses jambes sont articulés.

Elle a son système pleureur dans le ventre ( c'est impressionnant sur une si petite poupée, la boîte est aussi grosse que son petit corps !). Bien sûr, elle ne fonctionne plus.

Je ne connais pas son histoire, ni son époque exacte ( 1900-1930 ? ).

Je me demande si c'était une poupée de poupée, vu qu'il n'était pas prévu de la déshabiller, mais ce n'était peut-être pas la fonction première des poupées anciennes, ou une poupée bon marché car sa robe semble découpée aux ciseaux cranteurs et elle est réalisée de façon très simplissime et son corps est très grossier, mais début 1900, on trouve des poupées grossièrement ébauchées, en toile rustique, dont seul le visage est travaillé, ce qui peut s'expliquer par le fait que les poupons étaient habillés de longues robes qui ne laissaient apparaître que le visage...

Cela fait beaucoup de mais, et peu de certitudes.

J'essaierai de la montrer à un connaisseur, dès que l'occasion se présentera, pour en apprendre plus sur elle.

Comme la restauration a été assez longue, pleine de tâtonnement et d'hésitations, je vais ménager le suspens...

Donc la suite au prochain numéro !

Publié dans Poupées anciennes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :